7 trucs pour des brainstorms ultra productifs

par François Painchaud

Créativité et innovation, voilà deux mots qui, plus qu’aucun autre, ont gagné en popularité au cours des dernières années. Et, cela pour une bonne raison. Plus que jamais la compétition entre entreprises est de importante et, gagner le coeur de consommateurs dont les exigences ne font que s’accroître est loin d’être une tâche facile.

Dans un tel contexte, les entreprises doivent se réinventer afin de proposer de nouveaux produits ou services, mais aussi développer de nouvelles pratiques afin de se démarquer dans un environnement d’affaires de plus en plus redoutables.

Trouver et développer de nouvelles idées et manières de faire est devenu pour beaucoup de chefs d’entreprise à la fois un impératif de taille ainsi qu’un véritable défi.

Une des solutions proposées afin d’exploiter le potentiel créatif d’une compagnie est le brainstorming.

Technique de rêve ou discussion sans intérêt ?

Tout dépend de la manière dont vous l’utilisez.

Les  7 conseils suivants vous permettront de tirer plein profit de vos prochaines séances de brainstorming en transformant votre compagnie en un véritable incubateur de créativité.

Nos trucs pour des brainstorms efficaces

1. Choisissez bien vos participants.

Peut-être avez vous déjà remarqué que la qualité d’un repas dépend grandement des individus avec lequel vous le partagez.  De la même manière, la première étape d’un brainstorming réussi est de choisir avec soin les individus y prenant part.

Contrairement à un événement festif, le choix des participants ne devrait jamais reposer uniquement sur vos affinités personnelles ou sur celles qu’ils entretiennent entre eux. En effet, s’il doit évidemment être plaisant, le brainstroming reste avant tout un exercice destiné à vous permettre d’atteindre vos objectifs d’affaires.

Le critère le plus important d’une séance de réflexion efficace devrait alors être la diversité de l’équipe que vous constitutuez.

De nombreuses études académiques ont en effet prouvées que si les groupes de travail homogènes résolvaient plus rapidement des problèmes, des équipes plus diversifiées en termes d’expertise étaient capables d’y apporter des solutions plus innovantes et souvent plus performantes.

Alors au lieu d’inviter des employés travaillant exactement sur le même projet et ayant globalement des compétences assez similaires, optez plutôt pour des individus possédant des expertises et champs d’intérêt différents qui pourraient se compléter.

Cela vous permettra d’obtenir de nouvelles perspectives sur votre compagnie ainsi que des points de vue parfois opposés.

Il arrive parfois que certaines oppositions marquées apparaissent et se manifestent sous la forme de conflits. Si cela est le cas, rappelez à votre équipe que l’objectif d’un brainstorming n’est pas qu’un camp rallie un autre à sa cause, mais plutôt que des personnes aux idées différentes parviennent à échanger ensemble pour concevoir de nouveaux concepts qu’aucune d’entre elles n’aurait trouvé seule.

2. Limitez-vous dans le temps.

Une réunion animée passera à la vitesse de la lumière tandis qu’une rencontre où le silence règne suscitera chez tous vos employés une folle envie de regarder leur montre. Comme vous l’apprendrez rapidement ou l’avez déjà constaté, toutes les séances de brainstroming ne sont pas toujours couronnées de succès.

Dans les deux cas, le temps que vos employés passent à discuter ensemble les éloignent de leurs tâches habituelles, qui vous le savent sont essentielles au bon déroulement de vos activités. Leur temps c’est bel et bien votre argent. Aussi, tâchez de limiter la durée de vos brainstorming à une vingtaine de minutes sans jamais dépasser la marque de la demi-heure.

Au-delà de l’argument financier, un brainstorming plus court est généralement un brainstorming plus efficace. Pressés par le temps, les employés tendent à être davantage préoccupés par le fond de leur discussion que par sa forme. Les échanges d’idées sont plus rapides et plus nombreux.

De plus, bon nombre d’individus tendent à performer plus efficacement lorsqu’un délai de temps strict leur est imposé. Et, tous les employés aiment savoir à l’avance la durée des réunions auxquelles ils participent. Voilà autant de bonnes raisons de prêter une attention toute particulière à votre horloge lors de vos séances de brainstorming.

New Call-to-action

3. Préparez vos troupes.

Fournir à vos employés les raisons pour lesquelles vous souhaitez obtenir leur avis sur un sujet et leur donner à l’avance toutes les informations liées à ce dernier vous aidera à rendre vos réunions plus productives.

Cela aidera vos collaborateurs à se préparer à votre rencontre et leur permettra de penser à l’avance à des idées qu’ils souhaiteraient partager ou des points de vue qu’ils croient bon d’exposer.

Idéalement, précisez également l’objectif principal de votre séance de votre brainstroming. Cela permettra à votre équipe d’avoir une idée claire de ce qu’ils doivent réaliser. Ces derniers débuteront leurs discussions avec un but bien précis en tête qui les tiendra éloignés des discussions hors sujets.

D’autre part, si certains individus apprécient échanger leurs idées de manière complètement décomplexée, pour d’autres exprimer à haute voix leur opinion est une situation dans laquelle ils se sentent particulièrement vulnérables puisqu’ils s’exposent aux jugements et critiques de leurs pairs.

En donnant à ces personnes une chance de se préparer à votre réunion, vous les placez dans une situation plus confortable où ils n’hésiteront plus à partager leur point de vue.

4. Dire non rapidement.

À première vue, rejeter rapidement les mauvaises idées au cours d’un brainstorming semble être, et bien justement une mauvaise idée. En pratique, cependant, de nombreuses rencontres qui commencent pourtant bien finissent par tomber à l’eau tout simplement parce qu’un dirigeant avait trop peur de dire « non ».

Évidemment, il y a une grande différence entre écraser les idées des participants qui risquent par la suite de ne plus jamais vouloir s’exprimer et recaler gentiment des propositions qui semblent irréalistes ou non alignées avec vos objectifs.

Vous allez apprendre à faire preuve de tact, mais devez absolument savoir couper court à des discussions non pertinentes. Si vous accordez de nombreuses minutes à discuter d’un concept totalement extravagant, vous passerez peut être à côté de l’idée du siècle, car souvenez-vous votre temps est bel et bien limité.

Ceci étant dit, il est aussi important de créer un environnement dans lequel tout le monde a droit à l’erreur. N’hésitez pas à donner le ton en disant non à vos propres idées. Vous pensez qu’un concept était incroyable, mais en le disant à haute voix vous vous rendez compte qu’il n’a pas sa place dans votre entreprise ? Faites-le savoir aux employés.

Vos collaborateurs doivent sentir qu’ils peuvent parler librement sans jamais craindre d’avoir l’air stupides.

5. N’ayez pas peur des silences.

Une discussion qui bat son plein avant de retomber comme un soufflet ou une question qui reste sans réponse pendant plusieurs minutes, cela arrive et ne devrait pas vous inquiéter.

Trop souvent, nous nous pressons à répondre à nos propres questions ou à parler pour ne rien vraiment dire parce que le silence nous fait peur. Pour mener des brainstormings efficaces, il vous faudra apprendre à l’apprivoiser.

Le silence est un moment privilégié pendant lequel chacun prend le temps de réfléchir à ses propres idées ou pense à un moyen de construire sur ce qui vient d’être dit.

Tous les concepts venant après ce moment gênant sont souvent plus réfléchis et organisés, alors n’ayez plus peur de ne rien dire.

6. Changez de formats si cela est nécessaire.

Se retrouver dans la même pièce pour discuter d’un sujet donné pendant une durée bien précise cela ne convient pas à tout le monde et n’est pas une pratique adoptée avec le même enthousiasme dans toutes les entreprises du monde entier.

Si vous vous rendez compte que les réunions en personne ne correspondant pas à l’organisation et à la culture de travail de votre compagnie, n’hésitez pas à adopter un autre format.

Google Doc et Slack sont des outils qui peuvent vous permettre d’échanger des idées et de récolter l’avis des membres de votre équipe sans que personne n’ait jamais à quitter le confort de son bureau. De plus, les personnes ont tendance à être plus concises, mais aussi plus créatives derrière leur clavier, leur écran les protégeant du jugement d’autrui.

Un format différent qui peut tout aussi bien fonctionner est de fournir à vos employés un endroit physique ou en ligne où ils pourront laisser anonymement leurs suggestions. Il est peut être temps de ressortir la fameuse « boite à idées » de votre placard ou pour un peu plus modernité d’utiliser des Google Form.

7. Soyez prêt à ne développer finalement aucune idée issue de vos brainstormings.

En sortant de votre réunion, vous pensiez tenir entre vos mains l’idée à un million de dollars ou tout du moins un bon concept. Cependant, après une bonne nuit de sommeil et quelques heures de réflexion, vous n’en êtes pas si certains.

Un brainstorming, cela prend du temps et nécessite un investissement personnel important. C’est pourquoi lorsque vous vous rendez compte que vous en ressortez les mains vides, votre niveau de frustration atteint des sommets.

Dans ce cas, il peut être tentant de s’écrier ou en tout cas de penser que « plus jamais vous ne ferez de brainstorming». De manière plus insidieuse, pour vous prouver que vous n’avez pas perdu votre temps, vous pourriez avoir envie d’adopter une idée exprimée lors de votre réunion , même si vous savez au fond de vous qu’elle n’est pas si bonne.

Attention, la seule véritable perte de temps est de poursuivre une idée qui n’en vaut pas la peine et épuisera au contraire vos ressources.

Au lieu de tomber dans ce piège, réfléchissez à la raison pour laquelle ce concept n’est finalement pas pertinent et pensez à la manière dont vous pourrez le modifier pour qu’il s’aligne avec les objectifs de votre compagnie.

Vous pourriez même l’utiliser comme point de départ d’une prochaine rencontre. Si même après tant de réflexion, vous voyez bien que ce concept ne se transformera jamais en idée de génie, oubliez-le, tournez votre regard vers l’avenir et pensez à toutes les opportunités d’affaires qui vous attendent.

Vous avez à présent tous les outils en main pour diriger vos séances de brainstorming d’une main d’expert. En plus de rendre votre entreprise plus innovante et de vous démarquer dans votre marché, sachez que ces rencontres particulières ont de nombreuses retombées positives pour votre compagnie.

Un climat de travail plus agréable, une collaboration plus développée et une envie de toujours mieux faire, voilà les avantages que vous en tirez si vous faites le choix de transformer les brainstromings en pratique courante de votre compagnie.

New Call-to-action

Mots clés pour cet article

Auteur

François Painchaud

François un est passionné du marketing et de l'expérience utilisateur. Vétéran du marketing numérique, il a contribué au succès de plus de 1000 projets web en plus de 15 ans. En plus d'être président & associé chez CodeSpark, François est aussi coach à la Fondation Montréal, un organisme qui aide les jeunes entrepreneurs locaux.

Laissons la magie opérer,
travaillons ensemble !

Parlez avec un expert