7 trucs pour améliorer les conversions de votre page d’atterrissage

par François Painchaud

Si vous avez déjà lu notre article sur les landing page (pages d’atterrissages) ou si vous vous intéressez tout simplement au domaine de la publicité en ligne, vous savez que le succès de vos campagnes publicitaires repose grandement sur l’efficacité de votre page d’atterrissage.

Une landing page bien optimisée vous permet de séduire vos visiteurs et d’ainsi obtenir les prospects tant convoités.

Comme vous êtes bien conscient de cela, vous avez déjà réalisé votre page de destination et constaté d’ailleurs une amélioration dans votre taux de conversion. Vous en êtes ravis, mais comme vous êtes un dirigeant ambitieux, vous en voulez plus, et vous avez bien raison.

Au-delà des recommandations de base, vous pouvez mener votre landing page à performer à son plein potentiel en suivant ces sept conseils.

Avant de devenir une ceinture noire de la page d’atterrissage, commençons par un bref rappel des techniques de bases :

Page d’atterrissage et taux de conversion, le mariage parfait.

Une landing page aussi connue sous le nom français de page d’atterrissage ou page de destination est une page optimisée qui n’a qu’une seule et unique mission : emmener le visiteur à accomplir une action spécifique.

Généralement, une landing page fait suite à une campagne publicitaire bien précise où en échange de leurs informations personnelles (courriel, téléphone, …), vos visiteurs reçoivent une offre qui correspond à leurs besoins particuliers.

La page de destination marque ainsi le premier pas d’un internaute vers votre compagnie. Alors, si vous souhaitez développer une relation longue et fructueuse avec eux, il est important de soigner cette entrée en matière.

7 conseils pour améliorer les conversions de votre page d’atterrissage

Les trois piliers du succès.

S’il ne fallait respecter que trois principes lors de la création d’une landing page, il s’agirait sans aucun doute des points suivants :

  • Mettez en avant un message clair.

En quelques secondes, votre visiteur doit savoir exactement ce que vous attendez de lui. Il rapidement comprendre les informations qu’il doit fournir. De plus, il devrait pouvoir discerner en un seul coup d’œil l’offre qu’il obtiendra en retour.

  • Faites en sorte que le visiteur n’a qu’une seule décision à prendre.

Une fois que le message a été bien assimilé par l’internaute. Il ne devrait avoir qu’une seule décision à prendre : choisir de fournir les renseignements demandés ou quitter la page.

  • Évitez les distractions à tout prix.

Votre landing page devrait aller droit au but. Les boutons de navigation sont à proscrire de même que tous les éléments n’ayant pas un lien direct avec la conversion que vous souhaitez que vos visiteurs accomplissent.

En respectant ces trois règles de base, vous serez en mesure de créer une de destination des plus efficace.

Si au-delà de l’efficacité, votre objectif est l’optimalité, nos sept prochains conseils vont grandement vous intéresser.

Concentrez vos efforts au bon endroit pour obtenir une plus grande rentabilité.

Pour réaliser une page d’atterrissage qui vous donnera les résultats dont vous avez toujours rêvé, vous allez devoir miser au bon endroit. Ne perdez plus de temps à chercher quoi optimiser, comme je suis si généreux, je vous partage cela à l’instant.

Design, call-to-action et optimisation, voilà les trois mots que vous pouvez désormais retenir.

Un design épuré pour des résultats maximisés.

Conseil #1 : « Less is more ».

Lorsqu’on parle de landing page, l’expression «  trop c’est comme pas assez » prend tout son sens. Bien trop souvent, des entreprises tombent dans le piège notoire de vouloir éblouir à tout prix les visiteurs de leurs pages.

Comme les compagnies savent que les landing page jouent un rôle capital dans le succès de leurs campagnes, elles veulent mettre le paquet.

Ces entreprises sortent ainsi le grand jeu graphique pour réaliser des designs complexes et créatifs qui devraient, elles en sont certaines en mettre plein la vue à leurs visiteurs. Seulement voilà, cette bonne intention ne fait que miner leur taux de conversion.

En effets, des visuels trop extravagants viennent enfreindre une des règles de base de la conception de page d’atterrissage : « Évitez les distractions ». Et, pour cette infraction, la sanction est sévère : l’attention des visiteurs ne portent plus sur le call-to-action, les chances de conversions diminuent considérablement.

Une meilleure pratique pour éviter l’encombrement visuel est de se souvenir que le design ne devrait jamais être la star de votre landing page. Il est tout au plus un second rôle, essentiellement au service du call-to-action.

Optez donc plutôt pour des visuels épurés et des images simples qui viennent surtout illustrer vos propos.

Conseil #2 : Une disposition bien pensée pour une navigation facilitée.

Lorsque vous concevez une page de destination, souvenez-vous que sur le web les internautes sont de véritables Usain Bolt du clic. S’ils ne trouvent pas en quelques secondes l’information souhaitée, un clic, et ils ne sont plus sur votre page.

Si votre visuel leur déplait, un clic, et ils ne se souviennent même plus du nom de votre compagnie. S’ils doivent lire un long texte ou remplir un formulaire interminable, un autre clic et il ouvre la page internet de votre concurrent.

Pour éviter cela, il est indispensable que votre landing page soit conçue pour que l’information soit transmise efficacement et surtout rapidement à votre visiteur. Pour ce faire, miser sur une disposition réfléchie des éléments de votre landing page.

Téléchargez notre ebook gratuitement

Un titre bien choisi permet aux internautes de savoir en un coup d’œil de quoi vous parlez. Le formulaire que vous leur proposez de remplir devrait être formaté de manière à avoir l’air le plus court possible. Si votre texte est long, pensez à utiliser des bullet points de manière à faciliter et accélérer la lecture.

De cette manière, vous créez pour vos visiteurs une interface visuellement plus agréable et surtout plus simple à comprendre.

Conseil #3 : Choisir les couleurs qui sauront faire la différence.

Évidemment, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Lorsqu’il s’agit de choisir les teintes de votre landing page, vous allez devoir vous baser sur votre connaissance de votre clientèle cible pour choisir celles qui leur plairont le plus.

Au-delà de ce choix, une astuce que nous pouvons vous donner est de savoir utiliser judicieusement le contraste de couleur. Souvenez-vous que sur votre landing page, vous voulez absolument que votre appel à l’action / call-to-action (CTA) ressorte.

Pour se rafraîchir la mémoire, rappelons-nous que le CTA est une courte phrase incitant votre visiteur à accomplir immédiatement l’action que vous souhaitez. Par exemple, un bouton « obtenez votre ebook » peut s’avérer être un call-to-action efficace.

Pour augmenter les chances que votre visiteur clique sur celui-ci, votre bouton devrait lui sauter aux yeux. Et, pour cela rien de plus efficace que l’utilisation de couleurs complémentaires. Ainsi, si le fond de votre landing page est en nuance de bleu, un call-to-action aux teintes dans des teintes orangées ressortira parfaitement.

Justement, puisque nous parlons de call-to-action, continuons sur ce thème avec trois nouveaux conseils.

Un call-to-action convaincant = des revenus croissants.

Conseil #4 : Mettez votre offre en valeur.

Votre call-to-action devrait absolument faire savoir à vos visiteurs qu’accomplir la conversion est dans son meilleur intérêt. Ne vous contentez pas de décrire l’offre que vous leur proposez. Montrez-leur à quel point elle leur sera utile dans leur quotidien.

Par exemple, au lieu d’écrire «  cette offre vous présente cette nouvelle méthode », écrivez plutôt «  découvrez comment cette méthode innovante peut améliorer votre productivité au quotidien ».

Évidemment, pour cela il est nécessaire d’avoir préalablement pensé à concevoir une offre répondant à une problématique de votre client ou lui fournissant des informations pertinentes sur un sujet susceptible de l’intéresser.

Pour atteindre cet objectif, vous devrez utiliser vos connaissances de votre clientèle cible. Avez-vous lu notre article qui explique comment définir son persona en 7 étapes ?

Une bonne page de destination = résultats supérieurs

Conseil #5 : Choisissez les bons verbes.

Un autre aspect important de votre call-to-action est le verbe d’action que vous choisissez. Un verbe bien choisi peut donner un coup de pouce intéressant à votre taux de conversion.

Des termes comme « soumettre » ou encore « envoyez » sont rarement très concluants. A l’inverse, « obtenez cette offre » ou «  profitez de cette exclusivité » sont des termes bien plus incitatifs.

En les choisissant, vous montrez encore une fois à votre client qu’en donnant leur information, il entre plus dans un échange de bon procédé que dans une transaction unilatérale.

D’autre part, un call-to-action un peu plus dynamique vous permet de rendre votre page d’atterrissage un peu moins conventionnelle et, ainsi de vous différencier de la concurrence.

Conseil #6 : Misez sur l’effet de groupe pour conquérir vos visiteurs.

À ce jour, aucune source n’est considérée par les consommateurs comme étant plus fiable que l’avis d’un autre acheteur. Il n’y pas à dire les hommes sont des animaux sociaux.

Ainsi, la meilleure des annonces pensées par le plus brillant des publicitaires est placée à égalité avec l’avis de M. Tremblay, votre voisin, qui vient d’acheter le produit que vous convoitez.

Sur votre landing page, vous pouvez utiliser la tendance qu’ont les individus à faire confiance à l’avis de leur prochain à votre avantage. Pour cela, rien de plus simple, utilisez simplement une preuve sociale.

Par exemple, ajoutez un compteur au-dessus de votre call-to-action indiquant le nombre de personnes ayant accompli la conversion désirée. « Si 1102 autres internautes ont profité de cette offre, c’est certainement qu’elle est intéressante. », voilà le type de pensée qu’auront vos visiteurs en découvrant la preuve sociale mise en avant sur votre page d’atterrissage.

Voilà une nouvelle et dernière astuce qui vous permettra d’améliorer votre taux de conversion. Si vous appliquez ces conseils concernant le call-to-action et le design, les résultats se feront immédiatement sentir.

Par la suite, pour être bien certain d’avoir tout le succès que vous méritez, vous allez pouvoir commencer à optimiser votre landing page.

Conseil# 7 : Testez, améliorez et testez à nouveau.

Qu’il s’agisse de la couleur de votre landing page, des verbes choisis, des visuels sélectionnés ou de la disposition générale de votre page, il n’y a qu’une seule méthode vous permettant de faire le meilleur choix possible : l’essai-erreur.

Pour utiliser cette méthode à son plein potentiel, vous pouvez utiliser des tests A/B. Cette technique consiste à présenter à une partie de vos visiteurs une option et à l’autre moitié une autre. Par exemple, 50% des internautes verront une landing page sur fond bleu tandis que les autres auront accès à une landing page blanche.

En observant, le taux de conversion, vous pourrez ainsi savoir laquelle de ces informations est la plus efficace et modifier votre page de destination en conséquence.

Répétez l’opération et vous obtiendrez la page d’atterrissage qui vous fournira des résultats à la hauteur de vos ambitions.

Voici quelques items ou des tests A/B sont aussi intéressants :

  • Image principale
  • Call to action
  • Couleur du bouton call to action
  • Titre de la page (headline)
  • Champs du formulaire

Grâce à ces 7 points, vous savez à présent comment transformer vos visiteurs en prospects.

Si avant de vous lancer dans le perfectionnement de votre page d’atterrissage, vous voulez être certains de bien maîtriser les principes fondamentaux de la publicité en ligne, nous avons un ebook tout spécialement fait pour vous.

Téléchargez notre ebook gratuitement

Mots clés pour cet article

Auteur

François Painchaud

François un est passionné du marketing et de l'expérience utilisateur. Vétéran du marketing numérique, il a contribué au succès de plus de 1000 projets web en plus de 15 ans. En plus d'être président & associé chez CodeSpark, François est aussi coach à la Fondation Montréal, un organisme qui aide les jeunes entrepreneurs locaux.

Laissons la magie opérer,
travaillons ensemble !

Parlez avec un expert